DRH 2013: un architecte social et rentable

DRH 2013, entreprise 2.0, DRH 2.0.  Voici les thèmes abordés dans cet article pertinent.Fotolia_46731351_S-500x339 Tiré de cadresetdirigeants-magazine

Les ressources humaines sont sans doute la fonction qui a le plus évolué ces dernières décennies avec une administration du personnel informatisée et de plus en plus externalisée. Le salarié dispose désormais d’un Intranet pour poser ses jours de congé ou faire une demande. La performance de l’entreprise dépend de sa capacité à s’adapter à son environnement et à son marché, la gestion des ressources humaines devient un enjeu majeur et prend de plus en plus une place stratégique. Réussir l’allocation prévisionnelle des personnels en nombre et en qualification la place au niveau de la stratégie de l’entreprise avec laquelle elle doit s’articuler. Pour remplir pleinement ce rôle, elle doit se former, se transformer et s’entourer de conseil.

DRH, pilote du changement

La gestion des RH passe par l’identification, la formation et la rétention  des compétences et des motivations en phase avec les priorités de l’entreprise. Analyse des environnements juridiques,  sociaux, démographiques,  du marché du travail précèdent l’élaboration des solutions. Le DRH 2013 doit  connaître parfaitement la quantité et la qualification des compétences actuelles et à venir et les écarts existants pour entreprendre les actions correctrices. Il doit responsabiliser les managers en leur offrant une vision RH et une cohérence stratégique. Il insuffle le changement aux  équipes qui doivent réagir rapidement  aux évolutions : mondialisation, crises économiques, marchés émergents entraînent de profondes évolutions des productifs, des gammes de produits, des technologies pratiquées…. La clé du succès  passe par la levée des résistances au changement de paradigme, qui  exige une grande capacité à résoudre des conflits, à communiquer en période de turbulence et à faire accepter les restructurations. Le DRH doit attirer et fidéliser les talents à une époque où le cadre devient volatil. L’entreprise doit l’aimanter, y compris la génération Y, le motiver et le fidéliser. La compétence-clé fait l’avantage concurrentiel et sa différenciation de l’entreprise. Ensuite, il lui faut fidéliser, motiver, donner du sens à sa fonction, ce qui passe aussi par les conditions de travail : une rémunération fixe et/ou variable, des avantages sociaux, en nature… mais aussi avec éléments aussi différents que la flexibilité du temps de travail, le contenu émotionnel du travail en équipe, en mode projet, le pouvoir de décision et l’autonomie dans l’organisation…

 DRH, pilote de  la révolution numérique

Une entreprise 2.0 exige un DRH 2.0.  La révolution numérique bannit la distance, accélère les rythmes, écrase la hiérarchie.  Internet et réseaux sociaux, télétravail, coworking et travail nomade mettent au rencard les modes traditionnels d’organisation. Autorité, hiérarchie, contrôle, division du travail dynamités par les nouvelles technologies mettent les DRH en première ligne. Tout devient social quand la performance de l’entreprise dépend de l’engagement et de la mobilisation des équipes, Le processus hiérarchique migre vers la transversalité, ce qui rend le rôle du DRH complexe dans une « organisation » à géométrie variable » atomisée et douée d’ubiquité numérique avec smartphones, tablettes, call conf, skype, twitter… . Dans ce contexte, il doit rassurer le manager de proximité souvent « sauté » « contourné » involontairement par la  technologie de la communication, la mobilité ou le travail nomade, alors qu’il est toujours et souvent la courroie de transmission. Le DRH suscite, oriente et pilote le ou les réseaux sociaux internes qui fluidifient la collaboration, partagent des informations, et détectent les compétences.

 DRH, architecte social rentable

Le DRH, écartelé entre l’immédiateté des infos et des changements et la poursuite d’une stratégie, entre le maintien de la confiance en l’entreprise et la  restructuration en coupant des têtes,  doit veiller à la richesse humaine et technique de l’entreprise, et à son renouveau régulier, vocation pour le moins schizophrénique. En même temps il veille au respect de la réglementation, fait du benchmarking, et maîtrise la masse salariale. Et cela n’est pas fini, c’est un communiquant et un homme de marketing, il construit la marque employeur, il  assume la responsabilité sociale et environnementale, est le gardien des règles d’équité : diversité, mixité, handicap, égalité professionnelle… non discrimination. Le DRH 2013 a un profil hybride. Gardien de valeurs, des règles et des normes, il doit comprendre les technologies d’aujourd’hui pour impulser l’irrigation de l’entreprise, il connait les métiers, chez lui et chez les autres, et possède une vision internationale. Le DRH 2013  rassure l’entreprise dans son cadre législatif et la booste dans son marché, il doit aimer le risque, l’innovation dans le respect de la loi, c’est un architecte social sur un terrain de plus en plus sismique avec comme colline à prendre les bénéfices de son entreprise.

Pin It

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *