La génération Y n’existe pas!

Vouloir créer un lien biunivoque entre une tranche d’âge et un ensemble de comportements relève de la manipulation sociale au sens où Pierre Bourdieu la définissait : « l’âge est une donnée biologique socialement manipulable et  manipulée ».  On ne nait pas Y – pas plus que Z ou millenium – on est Y  ou non et cela n’a rien à voir avec l’âge biologique.  Par Jean-Louis Mutte, 03-2015

Prenons les caractéristiques de la pseudo génération Y: impatience, hyper connectivité, multitâches, aspirant au fun dans le travail, respectant l’expérience plutôt que le rang hiérarchique, etc. Bonne nouvelle, je connais des dizaines de gens de tous âges biologiques qui sont Y à commencer par votre serviteur et … sa belle-mère. Elle est hyper connectée, fait trois choses à la fois, joue en temps réel avec enfants, petits enfants, arrière petits enfants, utilise Facebook, Facetime, YouTube, Dropbox et courriels sans modération et, vous savez quoi ? Elle a 93 ans et déteste attendre !

Vouloir opposer les catégories d’âge est de fait une aventure sans issue qui conduit à l’incompréhension plutôt qu’au rapprochement, en fondant la perception de l’autre sur des préjugés sans intérêt. Le récent clip des « Enfoirés » en France en est la parfaite illustration, faisant chanter les « jeunes » et les « vieux » face à face : tu n’es pas de mon âge, donc tu n’es pas de mon camp.

L’âge biologique peut avoir son importance quand il s’agit de soulever un sac de ciment ou de courir le 100 mètres en moins de 12 secondes, certainement pas quand il s’agit de cerner une attitude. La lecture récente des journaux est à ce titre instructive. Deux exemples : « des jeunes ont pillé un magasin » et « une nouvelle tribu découverte en Amazonie ». OK, allons y et expliquez moi en quoi le fait d’être jeune est corrélatif de celui d’être un voleur et combien y avait-il d’ Y dans  cette tribu car il y avait certainement des gens de la tranche d’âge 30-40 ans. Le concept de génération Y est un faux confort intellectuel créé par des gens qui ont besoin de simplifier, ranger et classer pour comprendre (éventuellement pour écrire des livres) certainement pas d’entrer dans la profondeur et la complexité d’un monde qui leur échappe.

Une approche systémique est bien plus pertinente pour analyser les relations subtiles et complexes entre les différents acteurs d’un même système, intégrant prioritairement le contexte éducationnel – au sens enseignement du terme – . Michel Serres l’a très bien écrit : « nous enseignons la science à nos enfants, ils nous enseignent la technologie ». Ajoutons que la technologie des Y utilisée intensément par les Z a été crée par leurs parents et grands-parents et retenons, comme la démontré scientifiquement l’Institut du Vieillissement de l’Université de Californie, que la prise en compte et l’utilisation d’une « apps » demandait 7 jours et n’avait rien à voir avec l’âge biologique.

Ouvrons donc le débat sous son véritablement angle, celui de la recherche scientifique. J’attends avec impatience que l’on me démontre scientifiquement qu’il existe une corrélation entre âge et comportements et que l’un indique l’autre – et réciproquement – sans risque de se tromper. Je pose souvent la question à mes étudiants (Ils ont entre 22 et 26 ans – âge biologique – et viennent du monde entier – diversité culturelle et éducationnelle) : « elle est jeune » et « il est en retard » en leur demandant pour chaque question de me donner un chiffre et seulement un. Essayez, les résultats sont rafraichissants !

In fine je ne suis pas inquiet même s’il y aura toujours des personnes  plus intéressées par le classement que par  l’enrichissement réciproque, car il y a heureusement des gens sans préjugés et ceux-la, croyez moi, font abstraction de leur âge biologique…

Pin It

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *